Généraliste de l'entreprise
Domaines de compétence
Personnalité
Centres d'intérêts

Coach et Mentor
Management
Project manager
Négociateur
Formateur
Expert NTIC
Inventeur

Communication
Marketing
Technique - Ingénierie
Industrialisation
Informatique
Auteur - Rédacteur
AMOA

Pilote automobile
Paris Dakar 1987
Journaliste d'un jour
Un privé chez les pro
Et plus encore ...

Me contacter
Mentions légales

 
Gilles de Chezelles / Inventeur / Les brevets en quelques chiffres

Les brevets en quelques chiffres

Les chiffres ci-après donnent une idée de l'importance du système des brevets dans le monde.

Il est à remarquer qu'une vingtaine de pays industrialisés assurent 90 % des dépôts de brevets.

Environ 200 états, parmi les 230/240 reconnus, ont un système de protection plus ou moins élaboré ; une des premières préoccupations des nouveaux états est de demander leur adhésion à l'OMPI et de ratifier les différents traités concernant la protection industrielle.

Par ailleurs il existe d'autres solutions plus économique pour protéger une innovation, cliquez ici pour en savoir plus.


Situation en 1992 :

Demandes de brevets : 1 805 399
Brevets délivrés : 560 928
% accordés : 31.1%
Nombre de pays : 102

Il faut noter, au niveau mondial, une augmentation notoires des demandes de brevets mais un plus fort nombre de brevets 'recalés' (près de 70%).

C i-dessous les indications sur les pays les plus impliqués dans le système brevet (en 1992) :
Japon : 386 456 demandes pour 92 100 acceptés (23,8%)
U.S.A. : 187 292 demandes pour 97 443 acceptés (52%)
Allemagne : 115 209 demandes pour 46 520 acceptés (40,1%)
Royaume-Uni : 99 241 demandes pour 37 827 acceptés (38,1%)
France 82 038 : demandes pour 38 215 acceptés (46,6%)

Pour la France, citons encore ces données de 1993 (OMPI) : 16 040 demandes nationales, 38 555 demandes européennes et 27 920 demandes PCT.

Par ailleurs il existe d'autres solutions plus économique pour protéger une innovation, cliquez ici pour en savoir plus.


               Accueil  |  Précédent  |  Contact  
           © 2001 - 2017    Gilles de Chezelles