L'auteur
  |  Ses articles  |  Ses ouvrages  | 
 Le contacter                                                                                                 
Le P2P ou le partage sur Internet.
Sujet très controversé, le P2P est une technologie qui permet à chacun de partager, de façon anonyme, des fichiers sur Internet.
Le terme ‘poste à poste’ est la traduction habituellement adoptée en langue française de l'anglais Peer-to-Peer qui a été très rapidement substitué par un abrégée qui sera alors usuellement
  simplement un enregistrement direct.
De même de nombreuses applications vont naîtrepermettant de modifier les fichiers, de les écouter, de les mixer ou de les améliorer. Ainsi chacun va pouvoir réaliser, utiliser et partager ces fichiers très facilement.
Puis l’industrie de l’électronique va s’emparer du
  disposition sur le réseau.

Le droit d’auteur est-il moral ?

Une œuvre de l’esprit, comme le présent article, bénéficie, de part la loi, d’une protection pendant toute la vie de son auteur et, à sa mort, ce délais est encore prolongé d’une durée de soixante dix ans au bénéfice de ses héritiers.
C’est ainsi que ‘Vol de nuit’, écrit en 1931 par Antoine de Saint Exupery restera protégé par le droit d’auteur jusqu’en 2014, comme d’ailleurs ‘Le Petit Prince’ pourtant écrit en 1943, l’auteur étant décédé en 1944.
On ne peut s’empêcher de faire le rapprochement avec les vingt ans de protection d’un brevet.
Pourquoi une période aussi courte, allez-vous me demandez.
La raison officielle, généralement mise en avant, est la nécessité de ne pas empêcher la diffusion des inventions.
Cela, à contrario, revient à dire que la loi en place pour les œuvres de l’esprit est d’en empêcher la diffusion, ce qui va à l’encontre des discours permanent des différents Ministres de la Culture depuis des décennies …
Mais ce n’est pas tout, sachez que la loi protège l’auteur à un tel niveau qu’il est possible, dans le cadre d’une opération de police liée aux droits d’auteurs, de faire des perquisitions n’importe où, à n’importe qu’elle heure de la nuit ou du jour, ce que la loi antiterroriste ne permet même pas …

Et le chanteur devra chanter
Nul ne peut arrêter le progrès, et toutes les lois de la planète ne pourront venir à bout d’un phénomène qui concerne plus de deux internautes sur trois soit plusieurs centaines de millions de personnes dans le monde.
Qu’elles que soient les évolutions juridiques à venir, le P2P va irrémédiablement imposer aux chanteurs de revenir à leurs vocations premières, c’est à dire de … chanter.
Leurs principaux revenus ne viendront plus de la vente de CD, mais des tours de chants, c’est à dire de leur travail.
Ainsi se fermera une parenthèse, dans l’histoire de la musique, qui s’est ouverte au début des années soixante avec l’arrivée des quarante cinq tours et durant laquelle on a pu voir des chanteuses et des chanteurs faire des longues carrières sans jamais passer sur scène ...

Le P2P a-t-il un avenir ?

Si au départ le P2P était essentiellement une nouvelle technologie, les actions en justice de certains Etats l’ont porté et en ont fait un véritable symbole d’atteinte à la liberté individuelle.
C’est ainsi que le P2P est devenu un véritable phénomène de société, embarrassant les institutions juridiques internationales.
utilisé : ‘P2P’.
Pour des raisons de simplification, dans tout cet article nous utiliserons
"... le P2P va irrémédiablement imposer aux chanteurs de revenir à leurs vocations premières, c’est à dire de … chanter ..."
 
systématiquement la terminologie et le libellé ‘P2P’.
Bien connu des internautes et très utilisé, ce procédé permet d'échanger facilement, sur le réseau Internet des musiques, des films, des images et plus généralement tous types de fichiers.
Avant toute chose, évitons toute ‘langue de bois’.
Oui, les applications de type P2P permettent de partager gratuitement de la musique, des films ou des jeux protégées par les droits d’auteurs et autres copyright, ce qui, même si la législation évolue, n’est pas forcement très légal.
Mais heureusement le P2P n’est pas seulement destiné au piratage.
C’est aussi un outil formidable de partage qui permet d’échanger, par exemple, et de façon totalement légale, des données, des documents, des textes, des contenus multimédias et des logiciels libres de droit.

Une histoire déjà ancienne
Mais avant d’évoquer la situation actuelle, il est nécessaire de faire un petit retour en arrière pour mieux comprendre comment on en est arrivé là.
C'est dans une petite ville de Bavière qu’un format révolutionnaire de compression du son a été mis au point.
Algorithme mathématique très évoluée et orientée ‘sons’, la qualité de ce format a fait qu’il a été très rapidement adopté, dès 1992, par les experts de l'encodage et il devint même un format standard officiellement reconnu par l’International Standard Organisation en 1995.
Format performant permettant de diviser par douze la taille d’un extrait sonore enregistré sur un support classique, il permet, par exemple, de faire tenir plus de dix CD musicaux sur un simple CD électronique.
Le format MP3, puisque c’est de lui qu’il s’agit, fait aujourd’hui trembler tout l'establishment de l'industrie du disque.
Toutefois ce qui est étrange c’est que celui-ci semble n’avoir été que récemment découvert par ces derniers…
L’échange des fichiers musicaux sur Internet est devenu un véritable enjeu qui dépasse toutes les frontières et pourtant tout avait mal commencé car, au début des années quatre vingt dix, alors que la première radio sur le Web fermait ses portes, l’un de ses dirigeants avait alors déclaré que de ‘diffuser de la musique sur le réseau, cela est stupide et n’a aucun avenir !’.
Mais l’augmentation des débits Internet, la baisse des prix des offres des fournisseurs d’accès, l’augmentation de la puissance des ordinateurs et des périphériques ainsi que l’augmentation des capacités de stockage et l’arrivée de graveurs toujours plus rapides et performants font partis des nombreux facteurs technologiques et commerciaux qui ont permis l’arrivée en 1999 du premier logiciel de P2P utilisé à grande échelle, le logiciel Napster.
Dès la première semaine, quinze mille personnes le téléchargent.
Ils étaient plus de vingt millions à l’utiliser un an plus tard…
L’ère de l’échange des fichiers musicaux s’ouvrait et le téléchargement illégal faisant alors faire partie intégrante du phénomène Internet.

De plus en plus d’outils
La facilité d’utilisation de Napster et le fait qu’il ne soit pas réservé à une élite de connaisseurs, lui assure un succès rapide.
Dans le même temps, dans le monde entier, de nombreux développeurs mettent au point des logiciels performants permettant de créer des fichiers MP3 à partir de sources audio comme les CD musicaux, les anciens vinyles, la radios, la TV ou tout
  phénomène en mettant au point de nombreux lecteurs dédiés qui permettront de définitivementdémocratiser le MP3 et surtout de le rendre mobile.
Mais revenons à l’histoire de Napster. Ce qui était révolutionnaire dans le concept du P2P, c’est que plus il y a d’utilisateurs connectés, plus le choix de fichiers disponibles est important, mais surtout plus l’accès au téléchargement est facile, rapide et simple.
C’est exactement l’inverse du téléchargement classique avec lequel une trop forte demande entraîne aussitôt la saturation du serveur et rend le téléchargement très difficilement accessible et beaucoup moins rapide.
C’est pour cette raison que le nombre d’utilisateurs a augmenté de façon fulgurante et que les logiciels de P2P sont devenus des applications Internet très prisées.

La réaction des ‘majors’
Très rapidement des éditeurs musicaux (les ‘majors’) et des artistes vont attaquer Napster et obtenir sa condamnation.
Napster est fermé définitivement en 2002. Mais dès 2001, les utilisateurs méfiants se replièrent sur une autre application, Kazaa.
Cette application de P2P améliore nettement la technologie développée par son prédécesseur car elle est basée sur une architecture décentralisée par laquelle les internautes sont reliés directement entre eux. Les internautes se trouvent ainsi plus à l’abri des regards indiscrets.
Le succès de cette application fut tel que Kazaa a été téléchargé à plus de trois cent millions d'exemplaires ce qui constitue un record.
Techniquement, le P2P a fait sauter la barrière importante des solutions centralisées en créant, de fait, la plus grande bibliothèque mutualisée que l’homme n’ait jamais connu.
C’est ainsi que l’on peut y trouver des multitudes de films, de morceaux de musique, d’œuvres littéraires et plein d’autres choses encore.
Bien sur les droits des auteurs n’y sont pas toujours respectés.

La réalité technologique face à la loi

Avec l’arrivée des forfaits Internet illimités et de
 
 
"... Nul ne peut arrêter le progrès, et toutes les lois de la planète ne pourront venir à bout d’un phénomène qui concerne plus de deux internautes sur trois soit plusieurs centaines de millions de personnes dans le monde ..." Avec le durcissement des pouvoirs publics, on assiste à l'apparition d’une nouvelle génération
l’ADSL le comportement des internautes a évolué assez rapidement.
Les internautes vont laisser les applications P2P fonctionner en permanence, parfois même vingt quatre heures sur vingt quatre. De ce fait on assiste, mécaniquement, a une très forte augmentation de la disponibilité qualitative et quantitative des fichiers accessibles sur le réseau.
Du fait des nombreuses avancées technologiques et de l’étendue mondiale du réseau, de nombreuses œuvres sont disponibles dès leurs sorties, voire même parfois avant.
On assiste en même temps à une nouvelle évolution des mentalités des utilisateurs. Si autrefois ils étaient plutôt consommateurs, ils se sentent de plus en plus acteurs et décident d’alimenter le réseau afin d’y être reconnus.
Pour cela ils signent les fichiers mis à disposition de tous avec leurs pseudonymes, ces signatures devenant un gage de qualité des fichiers pour les utilisateurs. Certains vont même jusqu’à acheter des médias originaux afin d’être les premiers à les mettre à
  d’applications de P2P permettant de fonctionner sur un mode anonyme.
Concrètement, les données circulent d'utilisateurs à utilisateurs sans que ceux-ci puissent être identifiés et de façon à ce que les données transmises soient totalement cryptées.
Mais le P2P est, pour les professionnels, un remarquable outil car il reste le moyen le plus simple pour communiquer, en un temps très court, de très gros fichiers à des salariés nomades, des partenaires ou des clients.

Phénomène de société dont la technologie est apparu il y a moins de dix ans, solution utilisé par près d’un cinquième de l’humanité, le P2P est considéré par certains comme l'étape ultime ‘de la liberté et de la démocratie’ sur Internet.
Sans aller jusque-là on peut, sans risque, considérer que le P2P est porté par une véritable philosophie du partage et de solidarité ainsi que d’un profond esprit communautaire reflétant, peut être, la situation globale dans laquelle se trouve notre société.
Cliquez ici pour consulter le complément internet de cet article ...
L'auteur, Gilles de Chezelles :
Manager, auteur de nombreux articles et ouvrages, il a créé la société GdC Consultant afin de mettre au service des entreprises et de leurs managers son expérience et son savoir-faire.
Vous pouvez le contacter en cliquant ici
<<<<<      Article précédent                                          Article suivant      >>>>>