L'auteur
  |  Ses articles  |  Ses ouvrages  | 
 Le contacter                                                                                                 
Le « machine-to-machine », d’un ordinateur à l’autre
Le développement des capacités des terminaux mobiles que ce soient, par exemple, les ordinateurs portables, les téléphones mobiles, les organiseurs ou les PDA, associé au déploiement de nombreuses   telle « machine » pour échanger des informations.

Des puces électroniques qui communiquent
Du fait de l’effet cumulé de l’augmentation des
  d’alerter le conducteur s'il se rapproche trop d'un autre véhicule.
De même, en cas de panne, couplées à un GPS, ces puces pourront communiquer des informations au dépanneur le plus proche.

Enfin en cas d’accident, ces puces pourront contacter les secours les plus proches en communiquant diverses informations concernant la localisation et l’état du véhicule après le choc.

De plus en plus fou ?  
Un projet réel d’auto-régulation en fonction des besoins, utilisant des puces communicantes, est en cours de déploiement à Roissy.
Elle concerne les taxis présents dans la zone de l'aéroport, et a pour objectif de réguler la circulation et d’ajuster au mieux l'attente des clients et des chauffeurs de taxi.
Pour cela, la zone réservée au taxi dans l'aéroport a été équipée de capteurs pour détecter l'entrée et la sortie des taxis, tandis qu'un temps moyen d'attente est affiché pour les clients.

Toutefois d'autres applications, encore plus futuristes, sont en cours de développement comme le réfrigérateur capable d’analyser son contenu et de « faire ses courses » sur internet ou l'arrosage automatique déclenché selon les informations météos collectées sur le net et les données locales de température et d’humidité mesurées en temps réel.

Un autre exemple est celui du bloc opératoire. Ainsi, grâce à des puces communicantes placées sur les instruments, le chirurgien sera accompagné dans ses mouvements et sera automatiquement averti s'il fait une mauvaise manœuvre ou s'il approche de trop près un organe critique.

Et le respect de la vie privée ?
Dans l’exemple de traitement du caddy que nous avons vu plus haut, s’il est certain que cette solution permettra de fluidifier le « passage à la caisse », il est évident que le traçage des marchandises de votre panier est très facile à faire aussi bien dans le magasin que sur le parking, voire même directement chez vous.

En effet, les marqueurs présent sur chacun de vos achats permettent très facilement un « profiling » à votre insu.
Pour le magasin, il sera très simple, à travers une carte de fidélité par exemple, d’établir votre profil de consommateur qui pourra alors être utilisé à des fins promotionnelles.
De la même façon, par la répétitivité de certains de vos achats, les magasins auront accès à des informations sur vos éventuelles maladies ou tout autres informations qui vont sont personnelles et qu’ils pourront alors utiliser ou même, éventuellement, revendre …

Dans un autre domaine, un projet américain se propose d'injecter un identifiant de son dossier médical à chacun des citoyens américains.
L’objectif est de ne plus risquer de donner des traitements contre-indiqués ou incompatibles à des patients ou des accidentés inconscients.
En parallèle, il est assez facile d’imaginer que les dérives que permettraient ce système sont tout à fait effrayantes ...
Dans les toutes prochaines années, de nombreux
solutions de transmission des données numériques font que les échanges entre systèmes informatiques et/ou "... Il vous suffira alors de remplir votre caddy, comme vous le faites déjà aujourd’hui, puis de passer à la caisse. Celle-ci sera constituée d’un portique électronique qui déterminera automatiquement le montant du contenu de votre caddy ..."
 
électroniques, le « machine-to-machine » (M2M), se développe de plus en plus.

Wi-Fi, Wimax, GPRS, UMTS, Bluetooph, … le monde du « sans fil » nous entoure déjà et son usage est de plus en plus courant dans de nombreuses applications.
C’est grâce à la conjonction du développement rapide des solutions « portables » et des technologies de communication « sans fil » que le « machine-to-machine », « vieux concept » du début des années deux mille, est en passe de revenir à la mode.

Un concept lancé trop tôt
Lancé à une époque où la technologie n’était pas encore à un niveau satisfaisant et/ou la vitesse des échanges était encore assez faible, le concept du M2M n’a pas rencontré la succès escompté dans ses premières années de vie, au grand désespoir des acteurs de l’époque.
Contrairement à de nombreux projets dans le monde des nouvelles technologies, le concept du M2M a réussi à être relancé au bénéfice des millions d’utilisateurs de solutions informatiques et électroniques de type nomade.
En effet, alors que l’année dernière, en France comme dans de nombreux pays d’Europe, il s’est vendu plus d’ordinateurs portables que d’ordinateurs de bureau, il est logique que les utilisateurs se retourne vers des solutions simples et facile à mettre en œuvre pour raccorder leurs ordinateurs aux différents réseaux qu’ils utilisent au quotidien (internet, réseau local, Wifi, réseau d’entreprise, …).

De plus en plus de « sans fil »
Ces deux dernières années ont vu le « sans fil » gagner de plus en plus de terrain à un point tel que de nombreux fournisseurs d’accès internet fournissent maintenant, en standard dans leurs « box », des solutions « clé en main » de type Wi-fi.
De même, grâce à la mise au point et la normalisation de la solution Bluetooth, technologie livrée maintenant en série sur les ordinateurs portables, l’échange de données entre un ordinateur et un organiseur de type PDA devient un véritable jeu d’enfant.
C’est ainsi que le développement global et tout public du « sans fil » ouvre une voie royale au déploiement du machine-to-machine (M2M).

Le « machine-to-machine » du futur
Si aujourd’hui le M2M est surtout utilisé dans le cadre d’une utilisation « consentie », la première finalité de ce concept était, en réalité, de permettre l’interfaçage et la communication entre deux systèmes sans aucune intervention humaine ...
Le but ultime étant alors que les différentes machines puissent se reconnaître, dialoguer ensemble et ainsi tisser de véritables liens entre elles, tout cela, bien sûr, sans aucune intervention humaine …
Aujourd’hui le concept revient et c’est ainsi que ces futures machines « auto-communicantes » auront alors à leurs dispositions des logiciels spécifiques de communication qui leur permettront de pouvoir utiliser tous types de réseaux, qu’ils soient de type filaire (téléphonie, réseaux câblés, …) ou de type « sans fil » comme le GSM, le Wi-Fi, …
Mais cela va plus loin encore et les experts et les spécialistes du M2M ont pour objectif d’aller bien au-delà de la simple connexion entre différents appareils. Les développeurs ont pour ambition, en effet, de trouver des solutions techniques qui permettront à chacune des « machines » de trouver elle-même la solution la plus efficace et la plus performante pour pouvoir dialoguer avec une autre « machine ».
Pour ce faire, il leur faut développer des applications spécifiques qui permettront à chaque appareil d’apprendre à passer d’un réseau à l’autre, qu’il soit de type audio ou filaire, pour se connecter avec telle ou
  capacités technologiques et de la miniaturisation des composants électroniques ajouté à la forte diminution de leurs prix de revient, font que les grands noms de l’informatique et de l’électronique, dans le silence de leurs laboratoires de recherche, préparent les prochaines générations de puces communicantes.
C’est ainsi que celle-ci devraient, dans quelques années, être omniprésentes dans toutes sortes d’objets de notre vie quotidienne.
Ne croyez pas que les puces communicantes font juste leurs apparitions, en fait l’invasion a commencé depuis longtemps et nous les avons tous déjà rencontrés au moins une fois dans notre vie.
En effet, associées à des portiques de sécurité, elles sont couramment utilisées comme solution de lutte contre le vol comme, par exemple, dans les magasins de vêtements.
Mais les nouvelles générations de puces communicantes vont devenir plus sophistiquées et, surtout, elles seront capables de dialoguer entre elles comme avec un ou plusieurs appareils.

Le supermarché du futur fonctionne déjà !
L’une des applications futures la plus spectaculaire sera, certainement, le remplacement des codes barres dans le marquage des marchandises et produits de consommation que l’on trouve dans les supermarchés par des puces communicantes.
Les avantages sont très nombreux comme la lecture sans contact, au travers des emballages et à grande distance.
Un autre avantage sera également la possibilité de mise à jour des informations embarquées dans l'étiquette comme, par exemple, des prix promotionnels.
Il vous suffira alors de remplir votre caddy, comme vous le faites déjà aujourd’hui, puis de passer à la caisse.
Celle-ci sera constituée d’un portique électronique qui, en recherchant chacune des puces communicantes associées à chacun de vos achats, déterminera automatiquement le montant du contenu de votre caddy. Il ne vous restera plus qu’à payer, électroniquement bien sûr …

Alors, me direz-vous, avec un telle solution, la déshumanisation globale de nos magasins va encore s’accentuer …

Encore d’autres utilisations …
Le « machine à machine » est aussi appelé « silent commerce », les quelques exemples que nous allons vous présenter va vous permettre de comprendre pourquoi.
Les analystes considèrent que les puces communicantes vont, en particulier, révolutionner les échanges entre machines sans aucune intervention humaine.
C’est ainsi que dans un immeuble de bureau, chaque distributeur de café pourra signaler facilement une insuffisance de réserve.
 
 
"... Contrairement à de nombreux projets dans le monde des nouvelles technologies, le concept du M2M a réussi à être relancé au bénéfice des millions d’utilisateurs de solutions de type nomade ..." métiers mettront en place des solutions utilisant des puces communicantes.
On peut citer, par
La machine à café pourra alors interroger un autre appareil où se trouvera le stock pour lui indiquer son besoin à venir.
Cette information permettra alors à cette dernière de passer préventivement une commande afin de refaire le niveau du stock global de café.
Bien sûr toutes ces opérations seront totalement automatiques, les seules actions humaines consistant alors à consommer le café et, surtout, à réceptionner et à ranger les approvisionnements ...
Dans le domaine de l’automobile, des puces communicantes couplées à des capteurs permettront
  exemple les compagnies aériennes pour la gestion des bagages, les transporteurs pour le marquage des colis, les laboratoires pharmaceutiques pour la traçabilité des médicaments, ...

Bien qu’il semble que de nombreuses utilisations de ces technologies restent encore à découvrir, il est fort probable que nous rencontrerons, jour après jour, de plus en plus de puces communicantes qui, d’une façon ou d’une autre, tout en nous projetant toujours plus dans le monde de "big brother", nous simplifierons quand même notre vie au quotidien.
Cliquez ici pour consulter le complément internet de cet article ...
L'auteur, Gilles de Chezelles :
Manager, auteur de nombreux articles et ouvrages, il a créé la société GdC Consultant afin de mettre au service des entreprises et de leurs managers son expérience et son savoir-faire.
Vous pouvez le contacter en cliquant ici
<<<<<      Article précédent                                          Article suivant      >>>>>